Découvrez notre nouvelle plateforme Kwanko ici

Avec la rentrée qui se profile à l’horizon, c’est toujours un bon moment pour les entreprises de revoir leur stratégie marketing. Une des solutions consiste alors à explorer de nouveaux outils et de nouvelles solutions pour élaborer un plan d’action pertinent. Dans un milieu économique où la concurrence est de plus en plus forte, il est essentiel de savoir toucher les bonnes personnes au bon moment et via le bon canal. Aujourd’hui, nous vous proposons 5 solutions faciles à mettre en place afin d’activer votre plan gagnant pour une rentrée performante

L’affiliation : un levier ROIste 

Avec l’affiliation, l’annonceur travaille avec un réseau de publishers afin qu’il puisse faire la promotion des produits et services vendus en ligne. En monétisant son audience, l’affilié joue ainsi le rôle d’un intermédiaire entre sa communauté et la marque qui le sollicite. C’est la garantie d’un trafic premium qualifié, car l’annonceur ne paye que pour les clics et/ou les achats effectifs. C’est le principe du marketing à la performance qui garantit un investissement ROIste efficace.

Les affiliés prennent la forme de créateur de contenus (blogueurs, Youtubeurs, influenceurs, etc.), mais on les retrouve également sur les comparateurs de prix, les sites de bons plans et de cashback, les bases de données pour de l’emailing. Grâce à l’affiliation, vous pouvez ainsi augmenter votre taux de réachat, de conversion et de nouveaux clients.

Boostez la visibilité de votre marque avec la publicité en ligne

La publicité en display est un levier de branding efficace. Il existe des formats de différents types selon la taille et l’emplacement, qui peuvent aller de la simple bannière à l’habillage de sites web. Pour sortir du lot dans un marché encombré, le display est une bonne pratique pour apporter réassurance et confiance. C’est une stratégie qui fonctionne aussi bien sur desktop que sur mobile, et qui gère le tracking cross-device afin de suivre le parcours de vos clients de manière omnicanale.

La publicité en ligne fonctionne aussi à travers la publicité native qui reprend les codes et la ligne éditoriale d’un site web tiers. Le contenu est pertinent, personnalisé, anti-AdBlock et non intrusif.

Gardez le contact avec l’email marketing 

Malgré les applications, les réseaux sociaux et les messageries privées, l’email reste le moyen le plus facile et le plus rapide pour garder le contact avec ses prospects et clients. Vous pouvez ainsi envoyer des informations personnalisées selon vos offres du moment auprès de vos fichiers, et intégrer également des adresses email opt-in et dédupliquées auprès de partenaires tiers. Ce qui compte, c’est d’être conforme aux règles européennes du RGPD.

Toutes les actions sont traçables depuis un email (ouverture, clic, localisation, etc.). C’est aussi un système à la performance puisque l’annonceur ne paye que pour les ouvertures d’email.

Drive-to-store : générez du trafic vers des points de vente

Faites connaître vos boutiques et vos lieux de ventes grâce à la publicité mobile ! En effet, la plupart des consommateurs consultent sur leur mobile la disponibilité du produit recherché dans le magasin le plus proche avant de se déplacer. Il est donc nécessaire d’investir sur le référencement local, les applications mobiles géolocalisées et les technologies capables de rapprocher les données online et offline.

Parmi les bonnes pratiques du marketing drive-to-store, on peut ainsi évoquer les SMS pour envoyer des codes promos aux personnes se situant dans votre zone de chalandise, ou encore la publicité ciblée et géolocalisée sur les réseaux sociaux.

Marketing d’influence

C’est un levier marketing qui met en relation annonceurs et influenceurs, en affinité avec une marque ou un secteur d’activité. Chaque influenceur peut ainsi partager des informations auprès de sa communauté afin de faire la promotion d’une marque, d’un produit ou d’un univers. Parfois, tout est très codifié, parfois, les marques laissent carte blanche aux influenceurs qui peuvent ainsi apporter un supplément de créativité aux codes en vigueur.

Selon les informations partagées, on peut suivre et mesurer le ROI des campagnes, l’engagement social, les partages, les nouveaux abonnements, etc. Si le marketing d’influence est très commun en B2C, il se développe aussi en B2B. Les réseaux et les messages sont alors différents, mais le principe est le même avec des consultants, chercheurs, conférenciers, personnalités économiques et politiques, etc.

Une rentrée performante sur le plan marketing passe donc par l’activation d’une variété de leviers qui fonctionnent tous en synergie les uns avec les autres. Entre branding, marketing à la performance, géolocalisation et influence, la convergence des approches permet de combiner le meilleur de la technologie et de la relation humaine pour une expérience client unique. Contactez-nous pour en savoir plus ou nous confier votre projet pour une rentrée au top !

Comment un outil de communication inventé il y a plus de 30 ans peut-être encore autant plébiscité par les professionnels du marketing et les consommateurs ? L’email, car c’est bien de lui dont il s’agit, est pourtant régulièrement annoncé comme étant en fin de vie. Du moins, c’est ce qu’on veut bien nous faire croire, car il a résisté à toutes les révolutions numériques (réseaux sociaux, chat, notifications mobiles, applications, gamification, etc.). Une étude réalisée par Adobe a même montré que 61% des consommateurs préfèrent recevoir des offres commerciales par email. Alors si l’email est le premier canal de communication numérique, pourquoi est-il aussi le meilleur levier de conversion ? Explications.

Parce qu’il s’automatise facilement

L’email est indispensable pour recevoir une confirmation d’achat ou de livraison. Il l’est aussi pour s’inscrire à un événement ou pour organiser des rappels automatiques (paniers non complétés, opérations commerciales à venir, etc.). Nous sommes tous en permanence connectés à nos emails. Que ce soit dans notre vie personnelle ou professionnelle. Et ce lien est important pour créer une connexion émotionnelle avec les marques capables de faire passer le bon message. L’email marketing est le moyen le plus facile pour tester l’automatisation pour les non spécialistes. Il existe des outils qui ne nécessitent aucune compétence techniques. Ces outils se déploient très facilement. Pour les professionnels, l’email marketing s’intègre aussi facilement à tous les outils existants (base de données, CRM, CDP, etc.).

Parce que c’est un identifiant unique

L’email, c’est un peu comme un passeport numérique. On a tendance à la garder en permanence, et il est plus fiable qu’une adresse postale ou qu’un numéro de téléphone. Même en cas de changement d’adresse ou de parcours professionnel, on gardera toujours son email personnel. En B2B, en cas d’évolution dans l’entreprise, l’email professionnel reste attaché à son utilisateur. L’email permet de garantir l’unicité des données et de faciliter le contrôle qualité des contacts (doublons, adresses inexistantes, etc.). Indispensable pour un outils de CRM ou une plateforme de CDP de bonne qualité.

Parce qu’il facilite la segmentation et le scoring

Une campagne d’email marketing apporte de nombreuses données sur le comportement de ses prospects. C’est le meilleur moyen de toucher la bonne personne grâce à un ciblage unique. Selon les ouvertures, les clics et les transferts, vous pouvez mesurer avec précision l’impact d’une campagne et automatiser le scoring de vos prospects. Grâce à l’email marketing, la mesure de la performance est claire et facile à obtenir. Chaque profil est personnalisé selon les critères des personas. Il fonctionne également bien avec une campagne d’A/B testing pour mesurer la performance d’une action et optimiser vos prises de décision.

Parce que c’est un levier de conversion ROIste

L’email marketing ne coûte presque rien et peut rapporter beaucoup. Le coût d’acquisition client reste faible. Il est facile d’amortir une base de données dans une approche omnicanale où l’email joue un rôle central (landing page, coupon promo, offre exclusive, etc.). C’est aussi un levier efficace de fidélisation. Il est important de rappeler que fidéliser coûte moins cher que de rechercher de nouveaux clients. Des campagnes d’email marketing bien construites permettent ainsi de garder le contact avec votre communauté, vos anciens clients et vos ambassadeurs. Au delà de la fidélisation de vos clients, c’est un levier d’acquisition de nouveaux prospects et clients. Tout aussi ROIste, tester des campagnes emailing sur des bases de données externes est un essentiel. Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez nos experts !

Parce que c’est facile et accessible

Bien sûr, on peut créer une campagne d’emailing avec un graphiste, un data analyst et un UX designer. Mais en général, à partir du moment où un gabarit existe, et qu’il a démontré son efficacité, créer une campagne est facile. Pas besoin d’être un expert informatique pour y parvenir. Il suffit de mettre à jour son catalogue de produits, ses visuels, et ses titres et accroches pour créer en quelques minutes une campagne impactante. Consultez notre studio graphique pour réaliser un gabarit efficace et performant !

Parce qu’il est cross-device

L’email marketing fonctionne sur tous nos terminaux : smartphone, tablette et téléphone. Il s’adapte à toutes les mises en page. Il gagne même de nouvelles fonctions interactives. Avec la technologie open-source AMP (soutenue par Google), il sera bientôt possible de remplir et d’envoyer un formulaire directement depuis son logiciel de messagerie, de consulter des galeries photo, de faire une réservation dans un hôtel et de commander un billet d’avion. Autant de nouvelles fonctionnalités qui viennent enrichir son utilisation. L’email marketing reste de loin la meilleure option pour toucher ses prospects de manière fiable et économique. Alors que la baisse du reach sur les plateformes sociales impose aux annonceurs de remettre la main au portefeuille en permanence. À partir de données bien gérées, et avec une stratégie claire, l’email marketing reste de loin le meilleur levier de conversion pour booster vos ventes en ligne.

Créer le kit email parfait, pour quoi faire ? En dépit des réseaux sociaux, des messageries instantanées et des applications mobiles, l’email reste encore l’un des moyens de communication les plus performants. Les campagnes d’emailing à la performance sont d’ailleurs un levier marketing à ne pas sous-estimer pour communiquer à travers une base de contacts opt-in dans le cadre d’une campagne d’affiliation. Pour faciliter ce travail, les annonceurs mettent donc à la disposition des publishers des kits de communication destinés à être utilisés sur des sites tiers. Parmi ceux-ci, on retrouve le kit email qui permet à l’annonceur de rester maître de sa communication, de son design et des messages clés à partager. Mais créer un kit email parfait, n’est pas inné. Pour savoir comment optimiser vos messages, on vous explique tout !

De quoi se compose un kit email parfait ?

Vous n’allez pas demander à vos publishers de faire le travail de design à votre place. Si certains sont technophiles, d’autres sont moins à l’aise avec la conception d’email. Surtout qu’ils ne connaissent pas toutes les subtilités de votre charte graphique (codes couleurs, logo, police, etc.). C’est pourquoi le kit email présente l’avantage d’être prêt à être utilisé sans connaissances techniques. Pour ce faire, les annonceurs fournissent un fichier HTML que les publishers pourront importer dans leur outil de gestion de campagnes d’emailing. Toutes les images sont hébergées sur un serveur tiers – généralement celui de l’annonceur – ce qui garantit une grande disponibilité et une vitesse de chargement optimisée. À l’intérieur du kit, on peut aussi retrouver des recommandations ou des consignes pour intégrer le contenu mail dans les outils les plus populaires où sont hébergées les adresses opt-in.

Le but est donc de ne pas toucher au code pour gagner du temps et avoir un style cohérent. Un annonceur qui travaille avec plusieurs publishers pourra ainsi voir son message diffusé de manière homogène dans une relation de confiance.

Les incontournables du kit email parfait

Plus le kit email sera bien fait, plus le potentiel du retour sur investissement sera important. Gérer ses kits à l’économie est généralement le plus court chemin vers des campagnes bancales et décevantes. Pour éviter cette situation, voici les éléments essentiels à retenir et à intégrer :

Au niveau de la conception et du design

Un email responsive

Votre design doit être optimisé pour s’afficher parfaitement sur toutes les plateformes et tous les terminaux. Le sérieux et le professionnalisme du code sont indispensables pour un rendu de bonne qualité.

Des visuels inspirants

Les images qui composent l’email (header, footer, images d’illustration, d’ambiance ou issues du catalogue produit) doivent être optimisées (poids et taille) pour ne pas pénaliser le chargement de la page.

Des liens fonctionnels

Un lien vers une erreur 404 ou une image inexistante sur votre serveur sont des erreurs de débutant à proscrire à ce stade.

Des traqueurs pertinents

Tous les liens, boutons et CTA (Call To Action) doivent être traqués avec des outils utiles pour mesurer la performance de votre campagne (et l’améliorer dans le futur, si besoin).

Au niveau du contenu

Des balises dynamiques

Si possible, personnalisez votre email avec des balises dynamiques pour un message plus authentique (prénom, nom, sexe, lieu géographique, etc.).

Une accroche forte et un contenu lisible

Un email, ce n’est pas une page web. Le contenu doit être court et compréhensible. Le choix des mots, des titres et de la police peut faire la différence entre un email pertinent et un message qui se retrouvera directement dans le spam ou dans la corbeille.

Un contenu sans faute d’orthographe

C’est simple et basique, mais toujours utile de le répéter !

Un contenu mis à jour et contrôlé

Ne dupliquez pas d’anciens kits emails existants sans vérifier que l’information qu’ils contiennent soit toujours pertinente (lien, offre promotionnelle, message, visuel, etc.). Un contrôle qualité doit s’imposer systématiquement.

Au niveau des obligations légales

Le respect du RGPD

La loi européenne engage la responsabilité de l’annonceur, y compris lorsqu’il travaille avec des sous-traitants. Ne travailler qu’avec des partenaires de confiance qui soient conformes avec les règles du RGPD. Chez Kwanko, nous travaillons avec des bases de données signataire de la Charte CPA.

Lien de désabonnement

Cela fait partie des règles classiques, mais à bien intégrer et à rendre visible.

Adresse et coordonnées de l’annonceur

Une obligation pour identifier l’émetteur du message.

Message de confirmation

Afin d’expliquer pourquoi le destinataire reçoit cet email et dans quel cadre.

Avec tous ces conseils, vous disposez à présent de toutes les bonnes pratiques pour créer le kit email parfait et optimiser vos futures campagnes. Il ne vous reste plus qu’à vous lancer afin de faire passer vos messages auprès d’une communauté réceptive et engagée. Vous avez besoin des prestations d’un studio gaphique ? Notre équipe de web designer est spécialisée en marketing à la performance. Contactez-nous pour en savoir plus !

C’est le dilemme cornélien auquel doivent faire face tous les responsables marketing, traffic manager et responsable de la vente en ligne. Vous avez négocié un budget publicitaire et il ne reste plus qu’à l’utiliser. Mais comment faire ? Et surtout, où investir ? Les réseaux sociaux, bien sûr. Sauf que les récentes révélations sur les fraudes au clic publicitaire peuvent refroidir votre entrain. Dans l’influence marketing, alors. Mais comment calculer le ROI que votre directeur attend avec impatience ? Pour éviter la migraine, faisons le tour de la question ensemble afin de prendre un peu de recul.

Le modèle peso : un bon début pour cartographier vos options

PESO est un modèle qui a été développé par l’agence américaine Spinsucks et qui présente de façon schématique les grandes options qui s’offrent à vous pour faire parler de votre marque et attirer de nouveaux prospects :

Votre budget publicitaire pourra donc se dépenser dans la rubrique Paid ainsi qu’aux intersections des cercles Earned et Owned.

Le cercle « paid » : la publicité et le contenu payant

À l’intersection du « paid » et du « owned » : l’incitation

À l’intersection du paid et du earned : notoriété

Vos buyer personas : pour savoir quel message faire passer et sur quel canal

Maintenant que vous savez quelles sont les options à votre disposition, il faut savoir à qui parler. Pour cela, la définition de vos buyers personas est essentielle. Ce sont des portraits robots de vos clients qui sont créés selon l’expérience de vos équipes, les données à votre disposition et le retour du support client. Chaque persona dispose d’une personnalité qui lui est propre, d’une identité, d’un mode de vie, d’habitudes de consommation, de lecture, etc. En général 4 à 5 personas suffisent pour couvrir 80% de vos clients. Vos personas sont indispensables pour choisir les bons moyens de communication de manière ciblée et stratégique.

Définir vos objectifs promotionnels

Pourquoi faites-vous de la publicité ? La question est essentielle, car il faut être précis. Vendre plus n’est pas un objectif, c’est un souhait. En revanche, augmenter les ventes de 5%, trouver 200 nouveaux clients et augmenter le panier moyen de 10% dans les 3 prochains mois sont des objectifs. Vos objectifs publicitaires doivent suivre le modèle SMART. Cela signifie qu’ils doivent être spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement définis. Sans objectifs clairs, il sera impossible de savoir si vos investissements seront pertinents. Ils vous serviront également à définir les bons indicateurs de performance que vous pourrez suivre au sein d’un tableau de bord. Enfin, il faut faire la différence entre les impératifs de court terme (vente immédiate) et ceux de long terme (notoriété, image, respectabilité) qui peuvent se compléter par une approche orientée inbound marketing.

Créer votre plan publicitaire en fonction de votre budget publicitaire

C’est la dernière étape et la plus importante : il faut attribuer une option publicitaire à un persona et à un objectif. Cela peut être, par exemple, le fait de se lancer dans des campagnes adwords pour le persona Pierre, qui est responsable des achats, avec un objectif de trouver 5 nouveaux clients B2B d’ici la fin du mois. Les bonnes pratiques pour réussir votre plan publicitaire :

Utiliser efficacement un budget publicitaire peut être difficile face à toutes les possibilités qui s’offrent aux marketeurs. Encore plus lorsque l’organisation interne crée des silos avec les équipes communication et commerciales. C’est la raison pour laquelle, il existe des partenaires comme Kwanko qui peuvent vous accompagner dans l’utilisation de votre budget afin de maximiser vos stratégies de lead generation et de traffic management. Besoin d’aide ? Découvrez nos solutions et contactez-nous pour en savoir plus !

[kwanko_form]

La fête des amoureux. Entre chocolat, fleur et dîner romantique, on connait tous les clichés véhiculés par cette journée du 14 février un peu particulière. Pourtant, si la Saint-Valentin concerne principalement les couples, rien ne vous empêche de faire une déclaration d’amour à vos clients et à vos prospects. Que votre business soit directement relié à Cupidon ou non, un bon storytelling peut transformer la journée des amoureux en opération commerciale réussie. Pour y parvenir, il vous faut une bonne dose de créativité, un peu de méthode et quelques bons conseils. Allez, nous aussi on vous aime !

Créez un univers visuel spécifique pour la saint-valentin

La Saint-Valentin, tout comme Noël ou le Black Friday, a des codes à respecter. Soignez vos visuels, ajoutez une petite dose de rose et de rouge, et travaillez votre titre et vos accroches pour tous vos outils : site web, annonces Facebook, email marketing, bannières, landing page, application mobile, etc. Dans l’esprit de vos clients, l’association avec la Saint-Valentin sera ainsi immédiate.

N’oubliez pas d’aligner vos créations avec votre positionnement et vos valeurs éditoriales. Si votre image est habituellement très sérieuse, jouer sur le décalage ne sera pas une bonne idée. Il doit y avoir une cohérence pour créer une expérience unique et événementielle. Enfin, si votre marque est particulièrement progressiste, n’oubliez pas que l’amour ne concerne pas que les couples hétérosexuels. On peut en profiter pour célébrer l’amour sous toutes ses formes, sans restrictions.

Une journée… qui peut durer un peu plus longtemps que 24 heures

Certes, la Saint-Valentin, c’est le 14 février, mais rien ne vous empêche de faire monter la pression un peu avant. Pourquoi ne pas faire la semaine de l’amour durant les 7 jours précédents ? Ou une sorte de calendrier de l’avent version Saint-Valentin avec une promotion spéciale par jour jusqu’au 14 février ? Créer une opération commerciale prend du temps et des ressources. La faire durer un peu plus longtemps permet de mieux répartir les efforts et les retours potentiels.

Si vous décidez de concentrer votre énergie sur la seule journée du 14 février, il faut tout de même annoncer l’événement un peu avant à vos prospects. L’email marketing et les réseaux sociaux sont deux leviers très efficaces s’ils sont bien maniés. Un système d’inscription et un compte à rebours font partie des bonnes pratiques pour capitaliser sur cet événement. Vous pouvez aussi envoyer à vos clients fidèles un bon de réduction spécial, qui viendra complémenter d’éventuelles autres offres sur des sites de cashback ou de bons plans.

Adaptez votre offre

Faire de la Saint-Valentin un événement commercial nécessite un peu d’adaptation. Contrairement au Black Friday où tout peut se vendre à prix cassés, des télévisions aux voitures en passant par les taux d’intérêts bancaires et les logiciels informatiques, le 14 février concerne une cible assez spécifique.

Selon une étude de Google, ce sont les hommes qui achètent le plus pour la Saint-Valentin. Il faut donc savoir comment leur parler. Quelques exemples :

Enfin, la Saint-Valentin est également l’occasion de bien segmenter vos messages en email marketing. Dans votre base de données, vous devriez créer des campagnes différenciées par sexe. Une campagne pour les hommes, avec un design et une accroche spécifique, qui sera différente de celle consacrée aux femmes marquera plus les esprits et sera plus efficace.

Cette segmentation vaut également pour les publicités sur les réseaux sociaux et les créations de landing pages. En restant dans le même environnement visuel, vous créez une expérience pertinente, ciblée et adaptée à la thématique.

La Saint-Valentin est une occasion en or pour lancer une campagne de promotion pour les e-commerçants. Bien préparée en amont, celle-ci permettra de sensibiliser votre communauté, vos clients et vos prospects à partir de plusieurs canaux afin de créer un effet de synergie efficace. Si la Saint-Valentin ne s’improvise pas, elle peut, en revanche, générer des achats de dernière minute. Il faudra donc en faire un moment important en interne pour mobiliser vos équipes afin de mettre à jour régulièrement votre contenu, de gérer la logistique et d’avoir un support client réactif sur tous les canaux (téléphone, réseaux sociaux, chat, email, etc.).

Vous souhaitez lancer une campagne à l’occasion de la Saint-Valentin ou besoin des créas ? Notre équipe d’experts en gestion de campagnes et notre studio graphique peut vous aide. Contactez-nous !

Mis en place en mai 2018, le RGPD (Règlement Général pour la Protection des Données) est un texte qui a transformé l’industrie du marketing en offrant davantage de droits et de protections aux consommateurs européens. Entre la gestion du consentement, les obligations nouvelles en termes de responsabilité, les mesures de sécurité et la gestion de la protection des données, le RGPD a souvent été présenté comme un big-bang qui allait entraîner une refonte complète des pratiques marketing. Et en particulier de celles de l’email marketing. Il faut donc s’adapter, parce que le texte est force de loi, mais il est possible d’utiliser le RGPD pour booster son email marketing. Comment ? Explications.

Transparence et confiance pour un engagement accru

Le RGPD édicte de nouvelles règles qui ont pour but de protéger la vie privée et les données des consommateurs. Au-delà de la contrainte apparente, ce changement peut devenir un levier business pour les annonceurs consciencieux. Garantir la protection des données des prospects et des clients est une valeur qui compte aujourd’hui et c’est un sujet dont parlent beaucoup les médias. Alors que les scandales, piratages et autres mauvaises utilisations des données personnelles défraient la chronique, un annonceur responsable peut sortir du lot en intégrant les composantes du RGPD dans ses valeurs internes. Protéger les données de ses utilisateurs, c’est aussi protéger sa marque et son image.

Cette transparence doit également se retrouver au sein de toute la chaîne de traitement des données. En effet, le RGPD rappelle que les responsables du traitement et leurs sous-traitants pourront être tenus responsables du dommage dans sa totalité afin de garantir une réparation effective. S’assurer d’avoir des partenaires de confiance est un gage de transparence et un levier de communication potentiel.

Avec une approche rigoureuse, le RGPD ne devrait donc pas être considéré comme une charge supplémentaire par les professionnels du marketing, mais plutôt comme une opportunité de différenciation. Une plus-value qui peut tout changer, si elle est bien communiquée, en particulier dans une démarche d’inbound marketing.

Des données plus qualitatives

Lors de sa mise en place, le RGPD a nettoyé toutes les bases de données marketing. En effet, les personnes restantes sont celles qui sont réellement intéressées par vos offres et produits. Le désabonnement est simplifié, le double opt-in garantit l’intérêt et force l’internaute à donner explicitement son consentement. Enfin, le fait que ni le soft opt-in ni le soft opt-out ne soient permis facilite la complétion de données pertinentes.

En matière d’email marketing, si la quantité est importante, la pertinence et la qualité le sont encore plus. C’est la raison pour laquelle la perte de nombreux utilisateurs au sein des fichiers internes ne représente pas réellement une menace. En effet, le RGPD a donc une conséquence directe sur les KPI. Les données sont réellement actionnables et les ratios clés sont bien plus performants. Le taux d’ouverture est plus important, les conversions sont en hausse, l’engagement est plus nombreux et la délivrabilité augmente. Alors qu’on dit que les internautes sont plus mobiles et zappeurs que jamais, le RGPD a contribué à resserrer des critères de qualité stratégiques. Une bonne nouvelle pour actionner une stratégie qui mise sur la réussite et la performance.

De meilleures campagnes

La segmentation de vos données issues de vos campagnes d’email marketing permet de personnaliser les messages. Avec le RGPD, vous pouvez travailler plus en détail avec les personnes qui le veulent vraiment pour faire passer les bons messages au bon moment. Vous ne perdez plus de temps à créer des campagnes qui ne servent à rien et pouvez concentrer votre énergie sur ce qui compte vraiment. C’est une démarche qui facilite la fidélisation de vos clients. En effet, le temps investi concerne désormais les personnes susceptibles de s’engager durablement avec votre marque.

Enfin, le RGPD met également l’accent sur la sécurité. Il a rendu obligatoire la notion de « privacy by design », sécurisant davantage les données, les flux de communication et tous les processus internes impactant les bases de données.

Des données de meilleure qualité, mieux protégées et le développement de valeurs réellement tournées vers la sécurisation des informations personnelles. Voilà quelques exemples des impacts concrets du RGPD sur l’email marketing. Un changement qu’ont dû notamment intégrer tous les prestataires et les agences spécialisées, ainsi que les e-commerçants et les entreprises gérant des données.  Une bonne occasion d’améliorer ses pratiques internes pour davantage d’efficacité afin d’optimiser ses affaires.

Si vous avez des questions sur la RGPD et l’email marketing, contactez notre équipe d’experts Kwanko.

Nous recevons tous beaucoup d’emails. Beaucoup trop ? En réalité beaucoup trop de mauvais emails. Que ce soit dans un cadre professionnel ou personnel, la décision de prêter attention à un message se prend en quelques secondes :

Tout s’interprète de manière consciente et inconsciente dans la tête de vos prospects. Or, il existe de multiples décisions possibles : désabonnement :

Dans une campagne d’emailing, il faut avant tout miser sur la qualité pour augmenter vos KPIs clés comme le taux de délivrabilité, le taux d’ouverture, le taux de clic et le taux de conversion. Des KPIs qui peuvent être améliorés grâce à nos conseils pratiques pour booster la réussite de vos campagnes d’emailing.

Maîtrisez l’art du ciblage efficace

Quoi de plus agaçant que de recevoir une publicité pour un produit déjà acheté, un service qui n’a rien à voir avec ses besoins ou une invitation pour un événement auquel vous venez justement de vous inscrire ? Ces erreurs pourraient pourtant être facilement évitées avec une stratégie adaptée et un peu de cohérence.

Tout commence par le ciblage. Savoir à qui parler pour savoir quoi dire et surtout comment le dire. Même pour un produit identique, on ne s’adresse pas à un jeune adulte de la même manière qu’à un cadre dirigeant de 50 ans ou à une bloggeuse débutante. C’est toute la raison d’être des buyers personas : des portraits robots personnalisés qui correspondent à des segments de votre base de données. Selon vos besoins, nourris par le fruit de l’expérience, de vos données internes et d’un travail de recherche et d’analyse précis, vous devez être capable de découper vos users en groupes homogènes. Travailler par segment permet de délivrer le bon message au bon moment et sur le bon appareil.

Soyez vendeur : faites simple et court

La réussite d’un email promotionnel se joue dès sa réception. Le choix du wording qui désigne le destinataire et celui du sujet ont un impact très significatif sur vos taux d’ouverture. Soyez distinctif et faites court. C’est comme en journalisme : il faut un titre puissant pour donner envie de lire l’article. Pensez aussi à ceux qui vous lisent depuis un mobile. Les objets ou les noms à rallonge ne font pas bon ménage avec les petits écrans. Une fois ouvert, un email promotionnel n’est pas une notice administrative ou un roman. Réduisez le nombre de mots, travaillez vos titres et intertitres, mettez de la couleur et créez un template qui soit attractif, tant sur la mise en page que sur le rendu global.

Pour être efficace, votre kit d’email marketing doit être vendeur. Pensez à mettre en avant un produit phare avec un avantage prix, le top des ventes ou une nouveauté particulière. Côté prix, les promotions exceptionnelles et les bons plans exclusifs et à courte durée de vie sont toujours très impactant, tout comme le code de promotion qui offre le double avantage de suivre et mesurer son utilisation tout en incitant à l’achat. En un coup d’oeil, l’internaute doit comprendre votre message et pouvoir interagir immédiatement. Enfin, gardez en tête que la grande majorité des emails sont ouverts depuis un mobile. Créez donc vos gabarits pour un smartphone, faites des tests et seulement ensuite adaptez au format ordinateur ou tablette.

Testez votre contenu

L’A/B testing se démocratise pour les sites web, mais on a tendance à oublier que c’est également un outil très efficace pour l’emailing. Le principe est simple : vous créez deux versions légèrement différentes d’un même contenu qui est envoyé de manière aléatoire. La moitié va recevoir la version A et l’autre moitié, la version B. Selon les interactions et les impacts comportementaux, vous pouvez ainsi juger de manière statistiquement éprouvée si votre changement est pertinent et si votre hypothèse est confirmée.

Dans le cadre d’une campagne d’emailing, il est fortement encouragé de tester votre contenu, votre mise en page, mais aussi votre objet. Une manière très simple et très efficace de faire les ajustements nécessaires pour augmenter vos taux de clics, vos interactions et vos taux de conversion. Plus vous testez, plus vos campagnes seront efficaces.

Envoyez au bon moment

La réussite d’une campagne d’emailing tient aussi au facteur temps. Il est possible de déterminer le jour d’envoi optimal selon les comportements précédents et les données partagées sur vos segments. Intégrer ce facteur temps dans votre saisonnalité permet d’anticiper au mieux la création de votre contenu et la mise en avant de vos promotions sur l’ensemble de vos outils. Au niveau de la fréquence, il faut trouver l’équilibre selon vos analytics et la bonne analyse de vos données. Trop souvent, c’est le risque d’une overdose et d’un désabonnement. Pas assez, c’est le risque de tomber dans l’oubli. Dans les deux cas, vous compromettez l’image de votre marque et la réussite de vos campagnes.

Un email bien construit est donc une subtile combinaison entre fond et forme, et entre technicité, big data et design. Si la mobilité a transformé les usages de l’email marketing, les fondamentaux sont les mêmes. Un kit email bien construit reposera toujours sur une bonne analyse des données, un code HTML optimisé et un design respectant l’équilibre visuel entre images et contenu textuel. Avec un message adapté à votre cible, à son cycle temporel et à ses habitudes de consommation, vos campagnes d’emailing vont alors très vite booster vos conversions !

Vous avez une campagne d’emailing à relayer ? Contactez alors notre notre équipe d’experts !

La base emails constitue un formidable outil pour connaître ses clients, leurs attentes et leurs besoins. « Véritable fonds de commerce » de la vente à distance, elle peut aussi être louée ou vendue à des tiers et devenir ainsi une source de revenus supplémentaire.

Voici 5 conseils pour optimiser votre base emails et en tirer le meilleur parti.

1. Enrichir régulièrement sa base emails

Qu’il s’agisse de données factuelles ou relationnelles, votre base emails doit être complétée régulièrement pour être efficace. Vous devez disposer a minima des données-clefs de vos clients comme l’adresse email, le numéro de téléphone ou encore les identifiants Facebook et Twitter. Autre tâche incontournable : supprimer les doublons et les anomalies.

Attention, il est interdit de constituer des fichiers contenant des renseignements sur l’origine raciale, les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques, ainsi que des données relatives à la santé, aux condamnations pénales ou aux préférences sexuelles.

Vous devez ensuite définir vos objectifs en fonction de votre stratégie commerciale. Par exemple, si vous êtes dans une optique de fidélisation, vous avez tout intérêt à approfondir votre connaissance du client en vous renseignant sur ses préférences et son comportement : produits plébiscités, moyen de paiement privilégié… En revanche, si vous êtes dans une démarche de prospection, vous utiliserez votre fichier emails pour cibler les profils à fort potentiel.

2. Effectuer un classement « RFM »

Le classement RFM (Récence, Fréquence et Montant), vous connaissez ? Cette méthode permet d’établir un cycle d’achat avec la fréquence et le montant de chaque nouvelle commande. N’hésitez pas à utiliser ces données pour mettre en lumière chaque modification au niveau des habitudes de votre clientèle. Analyser les résultats d’une campagne marketing est primordial : comprendre et exploiter au mieux les réactions des clients permet d’ajuster vos prochaines opérations.

Il est également judicieux de segmenter votre base emails entre petits, moyens et gros clients en fonction du chiffre d’affaires et de la marge générés par chaque membre. Un suivi sur le long terme qui permet de mesurer l’évolution et la qualité de votre base de données.

Enfin, le « scoring » est une technique intéressante à prendre en compte. Elle vous permettra d’attribuer une note à chaque internaute selon des critères comme l’âge ou le revenu. Votre ciblage n’en sera que meilleur !

3. Établir le profil et le potentiel de chaque client

À ce stade, il est important de dresser un portrait détaillé de chaque client. Préférences, motivations, comportement : autant d’informations qui vous permettront d’en apprendre toujours plus. Par exemple, un bijoutier qui a vendu une bague en argent pour un anniversaire de mariage pourra proposer, un an après et à la même date, un autre modèle en argent à la bonne taille ou des produits similaires.

La deuxième façon de rentabiliser sa base de données est de mettre en avant d’autres annonceurs auprès de ses contacts. Ainsi, ce même bijoutier pourra recommander un fleuriste à ses clients, après lui avoir monétisé sa base.

4. Exploiter à fond les données clients

À l’intérieur d’un même groupe de clients, il faut savoir adapter vos actions pour tirer profit au maximum de la segmentation effectuée. Ainsi, si 70 % de vos « petits » clients achètent un produit ou un service donné, mener une opération spéciale vous permettra d’augmenter encore ce pourcentage.

Si vous souhaitez cibler plusieurs groupes de clients, vous devez réunir les informations nécessaires pour lancer des actions commerciales adaptées. Par exemple, il se peut que les « petits » clients achètent un produit haut de gamme alors que vous les poussiez vers le bas de gamme.

5. Louer ou vendre sa base emails

Il est fortement déconseillé de vendre son fichier clients. En effet, celui-ci peut être utilisé à de maintes reprises et revendu à son tour à des tiers sans votre accord. En revanche, la location est conseillée car elle fournit à son propriétaire des revenus supplémentaires qui vont lui permettre d’amortir les coûts d’entretien et de gestion de sa base emails.

Par ailleurs, votre fichier doit être suffisamment important pour être susceptible d’intéresser les annonceurs. Une base emails comprenant entre 100 000 et 200 000 contacts en B2C représente un volume minimum pour être louée.

Si ces conditions peuvent sembler restrictives pour louer soi-même sa base emails, il est recommandé de devenir affilié d’une plateforme. Avec Kwanko, spécialiste en génération de leads et  qui compte plus de 2 000 campagnes actives dans tous les secteurs, vous êtes sûr de ne pas passer à côté d’une campagne de grande envergure… Autres avantages, vous choisissez vous-même les envois auxquels vous souhaitez participer et adressez des mails sans perturber vos campagnes en cours. Le tiercé gagnant !

L’emailing B2B reste en 2017 un levier d’acquisition incontournable pour promouvoir son offre. Nombre d’emails envoyés, taux d’ouverture et de clic, profil et attentes des internautes. Retrouvez en un coup d’oeil tous les chiffres clés de l’emailing B2B.

Les chiffres clés de l'emailing BtoB

Emailing B2B : ce qu’il faut retenir

L’email : outil au coeur de l’échange professionnel 

En 2017, 100 milliards d’emails professionnels sont envoyés quotidiennement dans le monde. En France, les professionnels recevaient en moyenne 46 emails par jour dont 11 publicitaires en 2015. 96% des internautes français consultent leur boîte mail au moins une fois par jour.

L’emailing B2B, canal champion du ROI

En moyenne, 1 dollar dépensé en emailing rapporte 38 dollars. L’emailing B2B est ainsi plus efficace que d’autres canaux tels que l’affiliation, le paid search, le display ou encore le offline. Le ROI moyen sur ce canal a augmenté de 53 % entre 2013 et 2015, même si à peine 29 % des marketeurs prennent le soin d’analyser le ROI de leurs campagnes d’emailing B2B.

Le taux d’ouverture de l’emailing B2B en progression

Sur l’année 2016, 43,5% des emailings B2B envoyés ont été ouverts. Entre 2015 et 2016, on observe une hausse de 1,17% du taux d’ouverture des emailings B2B. Toujours sur la même période, le taux de clic progresse pour atteindre 0,70 %. Ce taux d’ouverture est meilleur lorsque l’objet du mail comporte entre 45 et 60 caractères.

Profil type des internautes professionnels français

Le mobile joue un rôle de plus en plus important dans la consultation des emails. En 2016, 33% des professionnels utilisaient un mobile pour accéder à leur messagerie. Cette moyenne varie selon le secteur d’activité. Par exemple, dans l’hôtellerie-restauration ainsi que dans la construction et le BTP, plus d’un tiers des professionnels ont recours à leur téléphone pour lire leurs e-mails.

Des emailings ouverts surtout le matin 

50% des emailings B2B sont envoyés entre 9h et 13h et le mardi est le jour privilégié pour ce type de messages. On constate aussi que mars et juin sont les mois où le volume d’envoi des emailings B2B est le plus conséquent.

Des internautes professionnels en quête d’information 

Le besoin d’information est le principal moteur d’ouverture d’un emailing B2B (51 % des professionnels). Viennent ensuite la découverte des nouveautés pour 32 % d’entre eux, la veille professionnelle pour un professionnel sur quatre et enfin la présence d’offres promotionnelles pour 11 % d’entre eux.

Sources :

  1. https://www.kwanko.comwww.usine-digitale.fr/article/100-milliards-de-mails-professionnels-sont-envoyes-par-jour.N243562
    https://www.kwanko.comblog.sarbacane.com/tag/2015/
    https://www.kwanko.comwww.sncd.org/nos-publications/etudes-et-chiffres-cles/
  2.  https://www.kwanko.comblog.sarbacane.com/tag/2015/#b2b
  3. https://comarketing-news.fr/les-chiffres-a-connaitre-sur-lemailing-btob/
    https://comarketing-news.fr/les-chiffres-cles-de-lemail-marketing-en-france-et-en-europe/
    https://www.kwanko.comwww.btobmarketers.fr/emailing/emailing-b2b-chiffres-cles/
    https://www.kwanko.comwww.agencemd.com/
    https://comarketing-news.fr/email-btob-quelques-chiffres-cles-a-connaitre/
    https://www.kwanko.comwww.histoire-adresses.com/nos-publications/infographies/barometre-de-lemailing-btob-2016
  4. https://www.kwanko.comwww.btobmarketers.fr/emailing/emailing-b2b-chiffres-cles/
    https://www.kwanko.comwww.agencemd.com/
    https://comarketing-news.fr/les-chiffres-a-connaitre-sur-lemailing-btob/
    https://comarketing-news.fr/les-chiffres-cles-de-lemail-marketing-en-france-et-en-europe/
    https://www.kwanko.cominvox.fr/
    https://www.kwanko.comwww.histoire-adresses.com/nos-publications/infographies/barometre-de-lemailing-btob-2016
  5. https://www.kwanko.comwww.sncd.org/nos-publications/etudes-et-chiffres-cles/
    https://www.kwanko.comblog.sarbacane.com/tag/2015/#b2b

S’il y a un outil de marketing qui n’a plus grand-chose à prouver, c’est bien l’email. Utilisé depuis les grands débuts d’Internet, il reste une pièce centrale d’une bonne stratégie. Les raisons pour faire des campagnes d’email marketing sont nombreuses : stratégie d’inbound marketing, promotions, informations diverses, jeux-concours, invitation à un événement c’est une manière personnelle de rester en contact avec vos clients et plus largement votre communauté, mais également le principal levier pour la collecte de prospects. Or pour être vraiment efficace dans la collecte de vos leads, l’email marketing doit rentrer dans un certain cadre pour des questions d’efficacité et de retour sur investissement. Et pour en savoir plus, ces bonnes pratiques pourront structure davantage votre stratégie.

Le contenu est roi

La concurrence est difficile pour séduire de nouveaux internautes qui accepteront de rejoindre vos listes d’abonnés. Pour cela, il faut travailler sur votre contenu. En effet, en montrant, en toute transparence, sur votre blog, par exemple, les exemples d’informations que vous partagez, vous invitez à l’inscription afin de construire une liste fiable et bien structurée.
D’autre part, que ce soit une newsletter ou une campagne d’email ponctuelle, il faut garder un bon équilibre entre contenu informatif, utile et contenu promotionnel. La règle des 80/20 doit s’appliquer ici : 80% de contenu utile et 20% de contenu à visée commerciale.

Il faut valoriser des sujets qui vont intéresser vos lecteurs et apporter une valeur ajoutée dans votre stratégie de marketing de contenu. Cela peut-être une revue de presse, des actualités très ciblées, des offres exclusives ou des contenus spéciaux comme la découverte des coulisses de votre marque, une invitation à un événement ou un test de produits.

Trouver le bon rythme

Parmi les bonnes pratiques des campagnes d’email marketing, la problématique du rythme est centrale. Il faut trouver la bonne fréquence d’envoi pour ne pas perdre vos prospects, mais ne pas les lasser non plus. Une option possible consiste à les laisser décider. Par exemple, leur laisser la choix de la fréquence d’envoi : quotidien ou hebdomadaire. Une bonne pratique pour s’adapter aux besoins des lecteurs. L’autre option est d’analyser vos statistiques. Un taux d’ouverture en baisse constante ? C’est peut-être le signe avant-coureur d’un problème. S’agit-il du contenu ou de la fréquence ? Est-ce ponctuel, lié à une saisonnalité particulière ou révélateur d’un problème de fond sur vos envois ? En étant en analyse constante de vos analytics vous pourrez intervenir en amont pour améliorer vos campagnes.

Inciter à l’inscription

Vos prospects peuvent se désabonner, ne plus lire vos envois ou se lasser. Parce qu’une liste d’abonnés se renouvelle fréquemment et est en constante évolution, il vous faut aussi l’alimenter en permanence, et donc, inciter à l’inscription.

Une landing page dédiée à votre newsletter est une bonne pratique pour expliquer la valeur que vous allez apporter aux lecteurs : actualités, informations, offres promotionnelles ou exclusives, etc. Soyez honnêtes. Inutile de promettre des analyses ou des informations pratiques si vous ne souhaitez envoyer que des offres commerciales (ce qui reste d’ailleurs une pratique très contestable).

Votre landing page doit être à votre image pour créer un cercle vertueux et instaurer une confiance entre vous et votre communauté.

Maîtriser et optimiser vos listes

Plus le temps passera, plus vos listes grossiront, d’où l’importance de bien segmenter vos envois selon les profils de vos abonnés. La gestion des listes d’abonnés est une démarche critique qui doit être gérée avec le plus grand professionnalisme : détection des doublons et des fausses adresses, valorisation des abonnés fidèles, c’est le moteur de votre campagne ! Plus vous pourrez affiner vos listes, plus vos campagnes seront gagnantes.

Penser « responsive »

Vos templates doivent garder une certaine cohérence en termes de design et de mise en page afin que vos abonnés ne soient pas perdus et puissent, peu à peu, enregistrer une routine de lecture lorsqu’ils reçoivent vos emails.

Une fois vos gabarits en place, assurez-vous de bien les tester sur toutes les plateformes, et en particulier les mobiles. Votre email doit être parfaitement lisible que ce soit sur le client mail d’Apple depuis le petit écran de l’iPhone SE, jusqu’à la boîte de réception Gmail ou Outlook d’une tablette ou d’un ordinateur. En pensant « responsive », vous garantissez une mise en page et une expérience optimisée pour le lecteur.

Faire des tests A/B

Que vous ayez un doute sur l’efficacité d’une campagne ou que vous souhaitiez revoir de fond en comble un design ou un style visuel, il faut se baser sur des données quantitatives et qualitatives et non pas sur une intuition. Faites des tests A/B pour savoir quelle newsletter performe le mieux. Ça vous aidera à augmenter la qualité de votre contenu et valorisera votre action. Basez toujours vos décisions sur des statistiques fiables et des analytics précis, plutôt que sur de simples intuitions.

L’email marketing est une pratique courante, mais celle-ci recouvre plusieurs composantes qui doivent être bien maîtrisées pour en garantir la réussite. Respecter ces bonnes pratiques vous permettra de structurer et de professionnaliser votre approche, mais également de développer de nouveaux réflexes pour « penser » marketing, optimiser l’expérience utilisateur de vos prospects et développer votre image de marque, et donc, votre chiffre d’affaires.